poème de Guillaume Apollinaire « L’Adieu »,

dans le recueil Alcools, 1920 :

"J'ai cueilli ce brin de bruyère
L'automne est morte souviens-t-en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t'attends"

J'aime profondément ce texte.