24 novembre 2007

LES BARBOUZES DE LA PEROUSE

Les Barbouzes de la Perouse
Acoustique / Rock / Alternative

Ecoutez.

C'est mon fils à moi et ses copains !!!!

C'est :

barbouzes

Posté par catibou à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


LE ROI QUI DESIRAIT LE TEMPS

Voici LE conte parfait que j'aurais aimé écrire.

Un texte absolument magnifique,

servi par de très belles illustrations.

Bravo les filles !!!!!!

Voici le lien vers le blog de Régine Joséphine :

Ce livre trône dans mon salon.

le_roi001

Posté par catibou à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2007

THE INDEPENDANT

Certains jours mon moral s'améliore nettement

et mercredi c'était grâce à la revue de presse européenne de 7 h 35

de Cécile de Kervasdoue sur France Culture.

Même en Angleterre, on critique la politique de

Celui-Qui-Fait-Tout-Lui-Même et sa politique,

en tout cas dans "The independant"

Vous pouvez lire ou écouter cette revue de presse  ici

Bravo à Cécile de Kervasdoue, une journaliste qui fait son travail de ... journaliste.

Malgré le temps pluvieux de ce matin,

je suis partie très heureuse pour après avoir écouté

la chronique de Philippe Val sur France Inter

qui s'appelait aujourd'hui "Le pouvoir d'achat"

Posté par catibou à 21:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 novembre 2007

PROJET 5

Je vais tenter de participer pour la première fois au projet

organisé par des illustrateurs et des auteurs de Ricochet.

Un thème est choisi.

Un nombre de signes est déterminé.

Des textes sont écrits par les auteurs

Des binomes auteurs illustrateurs se forment.

Et tout ce petit monde travaille ensemble.

Au bout d'un certain temps le résultat est mis en ligne.

Si j'ai bien compris...

Tout est expliqué

Posté par catibou à 22:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 novembre 2007

HISTOIRE D'UNE MOUETTE ET DU CHAT QUI LUI APPRIT A VOLER

mouette001

DE LUIS SEPULVEDA

Rien qu'en lisant le titre vous en savez déjà beaucoup.

Une pauvre mouette engluée de pétrole

accomplit son dernier vol

jusqu'à un balcon du port de Hambourg

sur lequel se trouve Zorbas le chat.

Elle y pond un oeuf, dernier acte de sa vie et fait promettre à Zorbas de s'en occuper

et d'apprendre à l'enfant mouette à voler.

Avec l'aide de ses amis chats  Secretario, 

Colonello et Jesaistout et d'un dictionnaire,

Zorbas va découvrir tout ce qui concerne

l'élevage d'une jeune mouette...

Le dictionnaire leur donne les définitions et Zorbas passe ensuite à la pratique.

Comment couver un oeuf quand on est un chat ?

Cela donne un texte à la fois drôle et émouvant, avec ces vieux chat érudits et bourrus,

épris d'indépendances et soucieux de leur précieuse responsabilité.

Zorbas sera le premier être vivant que la petite mouette verra

en sortant de sa coquille et devinez comment elle appellera le chat... Maman !

Posté par catibou à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 novembre 2007

Frank McCourt

                 angela004     LES CENDRES D'ANGELA

Le mieux, c'est de vous montrer les premières lignes du texte.

Après, vous n'aurez plus envie de vous arrêter.

Le petit Frankie qui raconte cette histoire d'enfance

est extraordinairement attachant.

Lisez, je n'ai rien à dire de plus.

Si.... encore un mot : Frankie McCourt a publié ce récit

autobiographique à l'âge de 66 ans.

C'était son premier livre et il a été récompensé

par le Prix Pulitzer 1997.

Le livre fut adapté au cinéma 4 ans plus tard.

"Mon père et ma mère auraient dû rester à New York où ils se sont rencontrés, mariés, et où je suis né. Au lieu de ça, ils sont retournés en Irlande lorsque j'avais quatre ans, mon frère, Malachy, trois, les jumeaux, Oliver et Eugène, à peine un, et que ma sœur, Margaret, était morte et enterrée.

Quand je revois mon enfance, le seul fait d'avoir survécu m'étonne. Ce fut, bien sûr, une enfance misérable: l'enfance heureuse vaut rarement qu'on s'y arrête. Pire que l'enfance misérable ordinaire est l'enfance misérable en Irlande. Et pire encore est l'enfance misérable en Irlande catholique.

Partout les gens se vantent et se plaignent des tourments de leurs jeunes années, mais rien ne peut se comparer à la version irlandaise : la pauvreté ; le père alcoolique bavard et fainéant ; la mère pieuse et résignée, qui gémit près du feu; les prêtres pompeux; les maîtres d'école tyranniques; les Anglais et les horreurs qu'ils nous ont infligées durant huit cents longues années. 

Et tout ça trempés comme des soupes.

Loin dans l'océan Atlantique, des masses pluvieuses se rassemblaient pour remonter avec lenteur le fleuve Shannon et s'installer définitivement à Limerick. "

angela_2005 C'EST COMMENT L'AMERIQUE

Dans le deuxième tome Frank McCourt nous raconte son "retour"  aux états-unis et son long et difficile cheminement depuis une enfance miséreuse jusqu'au métier de prof de littérature obtenu à la force du poignet.

Il me semble que si dans le premier tome, la magie de l'enfance avait opéré en lui otant toute amertume dans le regard qu'il porte à ces années miséreuses et terriblement difficiles, dans le second, la conscience et la maturité venant, le poids d'une vie âpre s'y fait plus sentir.

teacher_man002 TEACHER MAN

Les profs se retrouveront dans les mots de Frank McCourt.

Une intéressante étude sur la condition de prof de base aux States !

Dans le prologue McCourt pardonne à un  nombre invraisemblable de

personnes pour son enfance malheureuse : les anglais, le pape Pie XII,

au curé qui l'a chassé du confessionnal....

Il nous raconte comment il a failli être viré le premier jour de sa vie

professionnelle à cause d'un délicieux sandwich.

Il nous raconte comme personne ne s'est interessé à lui en tant que prof,

sa vie de prof américain à l'accent irlandais, comment il a passé beaucoup

de temps à raconter sa vie à ses élèves.

C'est  PAS-SION-NANT

Alors, bonne lecture.

Posté par catibou à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2007

Cinq petits hommes au pays des disputes

Creative Commons License

De ce type-là, j'en ai écrit quatre.

Il était une fois cinq petits hommes

assis autour d’un feu de bois,

qui portaient même grand manteau, même chapeau pointu,

mais avec pour chacun une couleur différente.

Le premier était tout vêtu de jaune d’or,

le second en orange, le troisième en rouge,

le quatrième en violet et le cinquième en bleu.

En outre, ils tenaient à la main une baguette magique.

Un beau jour, à la fin de l’hiver, ils se levèrent

et partirent se promener à travers le monde.

Ils cheminaient lentement, l’un derrière l’autre,

toujours dans le même ordre :

D’abord le petit homme jaune puis le orange, le rouge,

le violet et enfin le bleu.

Au printemps, après avoir longtemps marché,

ils arrivèrent au pays des lapins.

Là, ils découvrirent deux lapins qui se bagarraient

pour manger une grosse et appétissante carotte.

Creative Commons License

Posté par catibou à 17:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Colette a dit

Il faut avec les mots de tout le monde écrire comme personne.

~~~~

L'écriture est un dessin, souvent un portrait,

presque toujours une révélation.

~~~~

C'est une langue bien difficile que le Français.

A peine écrit-on depuis quarante cinq ans

qu'on commence à peine à s'en apercevoir.

~~~~

Tendre vers l'achevé, c'est revenir à son point de départ.

~~~~

Il n'y a de peine irrémédiable sauf la mort.

~~~~

Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme !

~~~~

Il y a eu la jeunesse, puis la mort.

C'est un destin qu'appellent magnifique

ceux qui ont eu le temps de vieillir.

~~~~

Il y a deux sortes d'amour :

L'amour insatisfait qui vous rend odieux,

et l'amour satisfait qui vous rend idiot.

~~~~

Quand je n'aurais appris qu'à m'étonner,

je me trouverais bien payée de vieillir.

~~~~

Je suis entrée dans le monde du vin

sans autre formation professionnelle

qu'une gourmandise certaine des bonnes bouteilles.

~~~~

Si vous en connaissez d'autres,

ajoutez-les dans les commentaires.

Merci.

Posté par catibou à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2007

Le soupir du livre

Creative Commons License

Il était une fois un bébé

qui venait juste de naître.

Il vivait dans une jolie maison

et découvrait peu à peu

la vie.

~~~~

Il était une fois un livre

qui existait depuis longtemps déjà.

Il attendait,

en soupirant,

dans une petite boutique

qu’un enfant le découvre.

~~~~

Mais pour entendre

~~~~

le soupir des livres

il fallait ouvrir

son cœur  au monde

Creative Commons License

Posté par catibou à 23:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 novembre 2007

La voix lactée. The milky way.

Après la grossesse et l'accouchement, l'allaitement est une autre exprérience passionnante. Et  c'est un choix, car on peut nourrir son enfant dans de bonnes conditions sans allaiter. Je l'ai fait pour mes trois enfants et c'est une des meilleures expériences de ma vie.

Mais avant de le faire, je me suis renseignée sérieusement. J'ai lu à l'époque une livre excellent :

allaitement002         L'allaitement  de Marie Thirion

Des années plus tard je l'ai conseillée à une jeune amie et je me suis aperçue qu'il existait toujours.

Plus récemment, j'en ai parlé avec une toute jeune femme, la fille d'une amie qui allaitait sa petite princesse et j'ai eu la surprise d'apprendre qu'elle l'avait emprunté à sa bibliothèque et trouvé plein d'informations utiles.

Il explique très bien comment se préparer, comment résoudre les problèmes qui se posent, comment se nourrir et surtout comment répondre à tous ceux qui croient savoir et ne savent pas...

Le premier avantage :

le lait maternel est ce qu'il y a de meilleur pour votre enfant. Le lait maternisé même s'il est bien adapté n'est jamais que du lait de vache modifié.

Deuxième avantage :

Pas de biberon à nettoyer ou stériliser.

Troisième avantage :

Vous pouvez aller vous promener, on peut allaiter n'importe où !

Quatrième avantage :

la nuit, même si vous êtes obligée de vous réveiller, le papa peut aller chercher l'enfant et vous donnez le sein tranquillement allongée, au lit, et tout le monde se rendort tranquillement.

Cinquième avantage : Pour produire du lait, il faut de l'énergie. Donc les graisses accumulées pendant la grossesse servent à fournir l'énergie pour fabriquer ce lait maternel. Donc vous mincissez...

Le meilleur conseil étant le plus simple : pour avoir du lait, il faut boire de l'eau.

Le principal constituant du lait, c'est l'eau !!! Avec une alimentation normale à côté.

Et quel bonheur !

Posté par catibou à 14:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]